01 85 73 42 47

Les événements incentives, un puissant levier de motivation

activité incentive

S’il fut un temps où les salariés trouvaient leur motivation dans une cohésion sociale cimentée par l’idéologie, ainsi qu’un esprit de corps, lié à une forte image de l’entreprise (l’on était fier d’être Michelin, RenaultAir France…)., il n’en va plus de même en ce début du XXI° siècle.

Un recentrage s’est effectué sur l’individu et sa cellule familiale, avec pour corolaire une sensibilité plus importante aux attentions de divers ordres que peut porter l’entreprise à son salarié (qualifié, de plus en plus, de « collaborateur »). Comme d’habitude, le monde anglo-saxon a été le premier à prendre ce virage dans les années quatre-vingt, avec la mise en place d’un système dénommé « incentive » que l’on traduit en français par « motivation ». Les entreprises alors concernées sont celles dites des circuits longs : assurances, banques, BTP, informatique, communication, automobile, télécom, pharmacie…

Savoir de quoi l’on parle

Ne voir que l’aspect motivation (la carotte) dans l’incentive, c’est toutefois passer à côté d’un système de gestion des ressources humaines très élaboré. Avant tout il convient de préciser que l’incentive est, contrairement à certaines méthodes basées sur l’inconscient, entièrement coopérative et volontaire. Aucune action ou technique cachées de modification comportementale ne sont ici utilisées. D’autre part, l’incentive possède deux volets ayant chacun leur mode d’action et leur finalité, et qui peuvent être mis en œuvre séparément ou concomitamment, l’incentive « à être » et l’incentive « faire ». 

L’incentive « à être »

Il s’agit de créer une cohésion d’équipe (« team building »), pour aboutir à un travail collaboratif plus efficient dans le domaine spécifique de l’équipe, tel que le commercial, la création, le service financier, la recherche et l’exploitation d’informations… Pour cela l’on utilise des voyages, séjours, raids ou stages offrant un fort dépaysement ou une forte originalité. Mais où les participants devront s’appuyer les uns sur les autres pour obtenir le résultat final. Le but ultime est ensuite de reporter ce potentiel ainsi créé sur le travail au quotidien au sein de l’entreprise.

L’incentive « à faire »

Le but est, là, de développer une motivation à caractère plus individuel et axer sur un objectif. L’incentive se fera la plupart du temps sous forme d’un chèque cadeau, souvent de type voyages à thèmes ou de dépaysement. Celui-ci peut être accordé, soit par anticipation vis-à-vis d’un objectif à atteindre par le salarié, auquel cas ce dernier éprouvera la volonté de « renvoyer l’ascenseur » à l’entreprise, soit en reconnaissance d’une action menée à bon terme, montrant à tous la valeur que l’entreprise attache à son salarié.

Un peu de psychologie

En dehors des métiers de création (arts graphiques, communication, média, etc.), la plupart des postes possèdent un effet routinier, qui dissout les plus fortes motivations. D’autre part, l’humain au travail est avant tout sensible aux sentiments que lui portent son entourage et tout particulièrement sa hiérarchie. Qu’il subisse des remontrances ou autres dénigrements et ses performances chuteront dramatiquement. Qu’il soit mis sur un piédestal et favorisé par des avantages, et c’est la cohésion interne de l’entreprise qui risque d’en pâtir.

L’on aura compris qu’il soit nécessaire de trouver un juste milieu. Cela n’est pourtant pas suffisant car le développement d’une motivation, qu’elle soit d’équipe ou individuelle, doit aussi s’appuyer un minimum sur les particularités psychologiques de chaque individu, mais aussi sur les spécificités de l’entreprise (charte sociale, économie solidaire, écologie…). Aussi, lorsque l’on souhaite mettre en place un politique d’incentives, est-il indispensable de faire appel à un professionnel du secteur, seul à même de proposer un produit adapté.

Avantages et écueils à éviter

Participer à un raid au fin fond de la Mongolie est certes dépaysant et fortement gratifiant pour les participants, mais pour autant, pour que cela construise réellement une équipe soudée et efficiente au retour dans l’entreprise, ceux-ci doivent être incités au travers des activités prévues, à s’entraider alternativement. Dans ce sens, il peut être intéressant d’imposer un but à atteindre collectivement. Celui-ci doit toutefois être largement à la portée de l’ensemble du groupe, tout en donnant l’impression du contraire. Les participants doivent pouvoir par la suite, se référer à ce souvenir pour franchir les obstacles du travail quotidien.

Il va de soi que le système des incentives ne peut être mis en place qu’au sein d’une entreprise en situation d’équilibre, le but étant de dynamiser le potentiel humain pour accélérer les performances. En aucun cas peut-il servir si la santé de l’entreprise est mauvaise (si celle-ci est, par exemple, obligée de recourir à des licenciements, lors d’un plan social). L’incentive doit être mise en place sur un terrain sain, où les personnels ont une vision à moyen terme, dénuée d’incertitudes.

Conseil pour la mise en place

La plupart des incentives nécessitent une gestion individuelle et collective rigoureuse, pour accroitre la confiance des salariés dans leur entreprise. Le maitre mot est « la durée ». En effet, lorsque l’on engage une opération de motivation, celle-ci doit d’une part être préparée en amont, mais aussi poursuivie après l’action proprement-dite. L’ordre de grandeur est le trimestre ou le semestre.

Si l’on choisit d’avoir recours à des actions courtes et locales telles que randonnées, cours de cuisine, de chant ou de danse, chasse au trésor, etc., celles-ci doivent s’insérer dans un programme complet sur le long terme, pour quantifier les résultats et réorienter le programme le cas échéant.

Pour les opérations telles que les chèque-cadeaux, voyages ou autres, les incentives découlent en règle générale d’une accumulation de points ou bonification, ou tous autres moyens permettant de quantifier la performance (cela impose souvent de faire appel à des programmes informatiques spécialisés). Dernier point et non des moindres : malgré quelques coups de canif ces dernières années, les programmes d’incentives bénéficient encore d’une fiscalité attractive pour les entreprises.

Pour l’organisation de vos séjours incentives, faites confiance aux équipes expérimentées et passionnées de Seminup !


Obtenir un devis gratuit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Karine Martin-Guzman

Karine Martin-Guzman Responsable de Projet

Conception, organisation, accompagnement… c’est son affaire ! Notre responsable de projet meeting, experte en tourisme d’affaires depuis 15 ans, aime vous concocter des programmes originaux en France et aux 4 coins du globe. Parfois, elle s’accorde un peu de répit en cultivant son jardin ou en montant à cheval. Sa devise : "Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page."

Tous ses articles (96)